26 février 2017

Une victoire méritée !

 

Malgré une blessure à la cheville, Paula Tarnachowicz termine meilleure marqueuse de cette partie avec 19 points (Photo Claude Jouanserre).

 

Carmaux : 63

C. Cabrit (5), S. Albinet (6), C. Albar (4), M. Soubios-Delmas (4), E. Martinez (cap 2), A. Albar (18), S. Enjalbert (1), L. Llavador (8), C. Berges (15). Entraîneur : A. Lacoste.

EBPLO : 66

C. Bourdon (3), E. Antoni (6), M. Brouca (cap 2), A. Campergue, A. Boukoulou (8), O. Irabé (17), J. Mur, P. Tarnachowicz (19), M. Absalon (11). Entraîneur : M. Chrzanowski.

À Carmaux, salle Multisports, 200 spectateurs environ.

Arbitres : V. Otal et E. Blévin.

Les quarts-temps : 13-18, 12-21, 25-12, 13-15.

Pour Carmaux, 1 joueuse sortie pour 5 fautes : C. Berges (40e).

 

Notre staff et nos joueuses avaient particulièrement bien préparé ce lointain déplacement dans le Tarn ! Battues largement à l’aller (54-70), nos filles ont pris leur revanche, mais surtout les Tarnaises n’ont pas reconnu l’équipe qu’elles avaient rencontré en octobre dernier. Ces dernières avaient eu une large marge de manœuvre à mi-distance avec 10 réussites derrière l’arc de cercle, ce dimanche seuls 3 tirs ont été convertis de cet endroit. À partir d’une défense individuelle stricte et agressive dans le bon sens du terme, nos filles ont construit leur victoire !

Ce sont elles, avec Paula Tarnachowicz, Alberte Boukoulou et Marion Absalon dans la peinture, qui prennent la direction des opérations (8-13, 8e). Comme on l’écrit en ouverture, la défense haute gêne les shooteuses locales qui s’en voient pour amener le ballon sous le cercle. Pourtant, avec Berges et des tirs peu académiques mais efficaces de Albar, les Carmausines reviennent sur les talons des visiteuses (22-23, 14e). Mais sans s’affoler, avec Marion Absalon inarrêtable sous le cercle et Ophélie Irabé insaisissable en un contre un, nos joueuses repartent du bon pied pour creuser un petit break grâce aussi à un panier à 3 points de Céline Bourdon à quelques secondes de la fin de cette première mi-temps (25-39, 20e).

                                                                        L’EBPLO ne craque pas !

Malgré les avertissements de Martha Chrzanowski durant le repos, le retour sur le parquet est difficile pour ses joueuses. Carmaux met en place une press tout terrain qui perturbe nos joueuses, qui font preuve de naïveté. Les locales grignotent petit à petit leur retard sous la poussée de leurs supporters, pour finalement passer devant au score pour la première fois de la partie (50-49, 29e). Cet avantage ne sera que de courte durée, Paula Tarnachowicz se chargeant par un panier intérieur de permettre à ses partenaires de virer en tête à l’attaque des dix dernières minutes (50-51, 30e). Les deux équipes n’osent pas se livrer, les défenses prennent le pas sur les attaques. Pourtant, un tir primé d’Élodie Antoni, suivi d’un autre d’Ophélie Irabé font du bien (54-57, 35e). Carmaux, poussé par son public, sent que l’EBPLO peut craquer. Cela devient irrespirable, Ophélie Irabé est précieuse dans cette fin de rencontre, avec une pénétration et sur la ligne des lancers francs. Seulement, les locales rendent coup pour coup (60-61, 38e), Marion Absalon prend ses responsabilités en tête de raquette, alors que Berges ramène les siennes à 2 points (63-65) avec encore 13 secondes à jouer. Un temps mort est demandé par notre coach, sur la remise en jeu Carmaux fait faute sur Élodie Antoni, qui met un lancer sur deux. La dernière action des Tarnaises ne donnera rien, la victoire de nos filles est amplement méritée sur l’ensemble de la partie.

 

Martha Chrzanowski : « Aujourd'hui, au-delà de la victoire, c'est surtout l’état d'esprit du groupe que je tiens à féliciter ! Je suis contente de la réaction qu'ont eue les filles par rapport au match contre Colomiers. Nous avons démontré, une fois de plus, que lorsque nous jouons ensemble, sous sommes capables de faire de belles prestations ! Les filles se sont "battues" et n'ont rien lâché pendant 40 minutes. Comme je l'ai dit, nous prenons nos matches un par un et nous ferons les comptes à l'arrivée. »